accueil  |  ariège   |  france

La chambre d'agriculture de l'Ariège en première ligne d'un programme européen sur la formation tout au long de la vie

© midinews 2013

Au même titre que l’Europe a mis en place au fil du temps un cursus et des passerelles normalisés et homogènes au niveau de l’enseignement universitaire, licence, master puis doctorat, la chambre d’agriculture et un certain nombre de partenaires européens entament une démarche collective pour aboutir peu ou prou à un système similaire au niveau de la formation continue, dans le domaine agricole.

Première réunion commune de travail en chambre d’agriculture où le projet est présenté par les partenaires: «AGROSKILL est un projet de transfert d'innovations dans le domaine de la formation continue auprès des agriculteurs, et rassemble 9 partenaires issus de 8 pays de l’Union Européenne: Allemagne, Autriche, Croatie, France, Espagne, Grèce, Hongrie, Pologne»

Successivement, Nicolas Tripogney, animateur au sein de la chambre, Yves Raynaud, responsable du service formation de l’organisme consulaire et l’un des partenaires européens, Javier Ordonez de l’Agenex (agence de l’énergie de la région Extremadura au sud de l’Espagne, proche du Portugal) nous en décrivent les contours et enjeux.

Le projet AGROSKILL a fait l’objet d’un appel à candidatures auprès de porteurs de projets européens dans le cadre du programme Leonardo da Vinci, dédié à la formation «tout au long de la vie»

Validé courant de l’été 2013, il se met en place pour une durée de deux ans et associe des partenaires aux spécialités, compétences et champs d’intervention différents mais complémentaires.

La chambre d’agriculture de l’Ariège, qui forme jusqu’à 500 de ses ressortissants par an dans le cadre de ces cursus de formation, a été le seul organisme français retenu. Elle est le chef de file sur la partie administrative et financière de cette démarche aux côtés de l’Agenex qui elle pilote les aspects techniques et méthodologiques en terme de formation.
Rendre cohérents au niveau européen les champs de la validation des acquis et privilégier les transferts d’innovationL’idée du projet AGROSKILL (de l’anglais: «compétences agricoles»), est de rassembler des organismes impliqués dans la formation dite «informelle», c’est-à-dire ces compétences et expériences acquises en dehors du champ des cursus scolaires et universitaires, «sur le tas, dans le cadre de stages, d’emplois ou de formations» et qui font pleinement partie de la formation continue.

Une démarche dans le domaine agricole qui se focalise en particulier sur un thème unique: l’agriculture durable, dont l’agriculture biologique.

Au terme de ces deux années d’échange et de confrontation des idées et expériences terrain l’enjeu pour chacun des partenaires, en premier lieu desquels la chambre d’agriculture de l’Ariège, est double.

A partir des méthodologies déjà à l’œuvre chez chacun des partenaires, il s’agira de dégager les dénominateurs communs qui permettront d’aboutir à des cadres communs, pouvant bénéficier d’une reconnaissance à l’échelle européenne. Des référentiels en somme qui permettront par la suite à un ressortissant de la chambre, ici en Ariège, de recourir à la validation des acquis professionnels pour obtenir, à défaut d’un diplôme, une certification ou une qualification reconnue.

«Il s’agit aussi, insiste M.Raynaud, d’interroger les pratiques de nos formateurs et de les enrichir de cette confrontation, d’approches et de compétences nouvelles dans le champ de la formation tout au long de la vie»

Avec entre autres partenaires la faculté agronomique de Zagreb, l’institut méditerranéen agronomique grec ou encore l’un des plus importants réseaux de formation allemand (à la tête de 280 centres de formation), l’intérêt pour la chambre est aussi au travers de ces échanges d’expériences d’identifier et transférer des pratiques innovantes dans différents domaines, entrant dans le champ de la formation tout au long de la vie en matière agricole: législation, techniques et pratiques, commercialisation.

Des transferts d’expérience et d’innovation qui seront ensuite partagés avec les autres intervenants régionaux et nationaux, notamment les chambres d’agriculture. «Le croisement de ces différentes approches, s’il représente à l’échelle européenne un certain challenge, peut aussi être très enrichissant»

Désormais, la feuille de route est tracée, le programme va se ponctuer de cinq réunions plénières émaillées de nombreux échanges via mail et visioconférences. Financé à 75% par l’Union Européenne via le programme Leonardo, le projet AGROSKILL a un budget total de 363 630 euros.

Reste maintenant à aboutir à des résultats concrets «autre objectif commun» pour améliorer la qualité et la reconnaissance des programmes de formation de chacun (la diffusion en ligne de programmes de formation est même prévue), afin d’étoffer en Ariège notamment, la palette des outils de formation proposée pour la validation des compétences des agriculteurs… tout au long de leur vie.

Télécharger la liste des partenaires du projet (PDF, 68 Ko)

Sylvain Sastre | 29/10/2013 - 18:31 | Lu: 14194 fois