accueil  |  ariège   |  france

Conseil municipal de Foix: discussions autour de la Navette Urbaine

© midinews 2012

A l’ordre du jour, des demandes de subventions, les travaux au centre ville, les tarifs de l’école de musique, l’acquisition d’un hangar aux Bruilhols, les indemnités des stagiaires, une convention pour le Tour de France, les délégations des services publics… un conseil municipal très technique en ce mardi soir.

Parmi les sujets phares, la revalorisation des tarifs de l’école municipale de musique pour la saison 2012/2013.

Sachant que 60% des inscrits viennent de l’extérieur et que les tarifs en vigueur étaient jusqu’à présent extrêmement au regard de la diversification des pratiques instrumentales proposées, du nouveau projet pédagogique et du nouveau projet d’établissement, le conseil municipal a décidé d’augmenter la grille tarifaire.

Pour les contribuables fuxéens c’est une dépense importante qui se chiffre à plus de 1 000€ par élèves (les recettes ne représentent que 16 000€).

Cette nouvelle grille tarifaire sera modulée en fonction du calcul du quotient familial et du nombre d’enfants inscrits.

Au chapitre des délégations de services publics: la fourrière municipale, l’aire d’accueil des gens du voyage, le camping du Lac ou le renouvellement de la convention de délégation de service public (DSP) pour la navette urbaine exploitée par Kéolis Garonne jusqu’au mois d’octobre 2014.

Après douze ans de fonctionnement donnant pleinement satisfaction (sa fréquentation a augmenté de plus de 22% sur la seule année 2011) ce service de transport régulier propose cinq lignes du lundi au vendredi sur les communes de Foix et de Montgailhard (qui participe à hauteur de 5% du soutien versé au délégataire par la ville de Foix).

En 2011, 87 186 trajets ont été effectués (contre 71 506 en 2010), 71 431 titres de transports ont été vendus contre 61 026 en 2010 pour 118 295 kilomètres commerciaux réalisés (soit 87 000 trajets).

Bien que l’objectif de rentabilité ne soit pas encore atteint (perte de 3 028€) la vente de titres de transports a généré au total 63 289€ de recettes contre 53 672€ en 2010.

Le coût de ce service pour la ville est de l’ordre de 220 000€.

Au cours du conseil municipal, on a donc assisté à une passe d’arme entre les opposants de gauche, Jean-Pierre Icre et Jean Pierre Dimon qui, regrettant l’abandon d’un service public, ont plaidé pour la mise en régie municipale de ce transport urbain (qui serait selon eux moins contraignant) sa gratuité et l’abandon de lignes déficitaires en utilisateurs (la ligne 4 reliant Sibian et Cardié).

Frédérique Massat, Premier adjoint et Danielle Delavergne en charge du dossier ont défendu leurs positions rappelant que l’objectif de la navette urbaine était de desservir tous les quartiers sans distinction: «c’est un service rendu à la population»

Cependant il a été demandé dans la nouvelle convention signée entre la ville et l’entreprise délégataire d’améliorer l’offre des services actuels: transformation du circuit 3 en boucle, modification des horaires de desserte ligne 4, desserte du centre universitaire et du Conseil général et mise en correspondance avec les horaires des trains.

Le conseil municipal a donc voté cette délégation moins trois voix.

On retiendra également concernant ce service que les tarifs ne vont pas changer, une légère augmentation devrait avoir lieu courant 2014 sur les cartes d’abonnement exclusivement (les trajets solos resterons à 80 centimes d’euros).

Laurence Cabrol | 19/06/2012 - 19:14 | Lu: 12549 fois