accueil  |  ariège   |  france

Municipales à Lavelanet: le Front National sort du bois et crée la polémique

© midinews (archives)

Après Pamiers, c’est donc à la conquête de Lavelanet que le Front National a décidé de s’attaquer officiellement. Après les annonces successives de Thérèse Aliot puis de son fils Louis, le parti «bleu Marine» est donc passé à l’offensive.

Comme en Basse Ariège (lire notre article du 13/11/2013), c’est par l’intermédiaire d’un tract-questionnaire distribué dans les boîtes aux lettres que le FN prend date avec les électeurs de Lavelanet.

Le «Grand sondage Municipales 2014 / Les habitants de Lavelanet ont la parole», imaginé au siège national et dupliqué sur l’ensemble du territoire, se teinte donc aux couleurs lavelanétiennes.

Les questions aux sondés restent néanmoins de même nature: «Vous sentez-vous en sécurité dans notre ville ?», «Pensez-vous utile de développer l’implantation de commerces en centre-ville ?», «Etes-vous favorable à l’intrusion d’interdits alimentaires religieux (halal par exemple) dans les cantines scolaires ?»… Bref, une rhétorique rodée et sans surprise.
Tant que la liste n’est pas constituée, je ne donnerai pas de nom
Cette fois pourtant, le discours n’est pas incarné. Pour un Aimé Deléglise à Pamiers, ou un Gérard Prieto à La Tour du Crieu, point de candidat encore affiché par le parti d’extrême droite.

Là, le propos est juste signé «L’équipe municipale»… discrètement mais pas suffisamment pour échapper à la vigilance du maire (lire encadré).

Jointe ce week-end, Thérèse Aliot, porte-parole du FN en Ariège, reste d’ailleurs particulièrement mesurée. «Ce tract, c’est pour constituer une liste pour les municipales à Lavelanet mais je ne veux pas en parler davantage dans la mesure où, si je n’y parviens pas à la constituer, on ne me dise pas: elle se faisait des illusions». C’est dit.

«C’est un peu tôt pour être plus précis. Nous en saurons plus vers la fin du mois de janvier. En plus, jusqu’au dernier moment, il peut y avoir des modifications… Tant que la liste n’est pas constituée, je ne donnerai pas de nom. Je ne veux pas que des gens puissent être victimes de pression comme cela a pu arriver par le passé»

A demi-mot, Thérèse Aliot reconnaît néanmoins travailler activement à la constitution de cette liste, comme sur Pamiers, La Tour-du-Crieu ou sur Saverdun… où elle avoue que la «chose est difficile»

«Nous en saurons plus en janvier», promet-elle. Rendez-vous est pris.


Marc Sanchez: «je dénonce des méthodes malhonnêtes»

Le maire de Lavelanet n’a pas tardé à réagir à la distribution du tract sur le territoire communal.

Ce qui gêne Marc Sanchez, ce n’est pas tant le contenu du document («des propos intolérables mais sans surprise») que la signature apposée («L’équipe municipale») qui pourrait laisser supposer que son conseil municipal serait à l’origine du questionnaire.

Que la démarche soit intentionnelle de la part du FN ou non, le maire est en colère. «Je dénonce des méthodes malhonnêtes qui n’ont d’autre but que de tromper les gens. Aujourd’hui, sur ce territoire, nous n’avons pas besoin de cela.

Cette façon d’avancer masqué n’est pas très courageuse. Le respect et la démocratie commandent d’avancer à visage découvert, d’aller à la rencontre des habitants, de discuter avec eux de vive voix. C’est ce que nous, nous faisons !
»

Si Marc Sanchez se réserve le droit de porter plainte, il avoue néanmoins ne pas être inquiet quant à l’issue du scrutin face à une éventuelle liste FN. «Ce ne sont pas les électeurs du Front National qui m’inquiètent. Ils sont en attente de réponses et nous en avons à leur apporter. Mon inquiétude vient plutôt des dirigeants de ce parti et de leurs méthodes»
CP | 09/12/2013 - 19:13 | Lu: 59732 fois