accueil  |  ariège   |  france

La décoration et l'aménagement, les clés du succès pour attirer plus de voyageurs dans les gîtes ruraux ariégeois

© midinews 2012

«Comment faire pour mieux louer nos gîtes ?», voilà la question que s’est posée l’antenne ariégeoise de l’association des gîtes de France.

«Aujourd’hui, la rénovation, la décoration et l’amélioration des gîtes sont des enjeux importants car les clients réservent leur séjours en regardant des photos sur internet. Des photos qui les feront rêver et leur donneront envie de venir» avance Françoise Lauzin, la présidente.

Dans le département, on compte un peu plus de 500 structures (400 gîtes et 110 chambres), pour une moyenne de 13 semaines d’hébergement soit l’équivalent de 210 000 nuitées.

2,8 millions d’euros, c’est le total des recettes directes via l’hébergement en gîte. Pour 5 425 000 € de recettes indirectes pour l’Ariège, c’est dire l’intérêt de ce type d’hébergement pour le département.

Or aujourd’hui, on trouve aussi bien des gîtes qui reçoivent beaucoup de touristes que d’autres qui dépérissent.

L’association des gîtes de France en Ariège estime qu’1/5e du parc soit 89 hébergements sont inadaptés et voient leur fréquentation baisser.

Comme à Bompas, où le gîte rural communal a perdu environ 10 semaines de fréquentation en 10 ans.

«Nos installations marchent à 30% de leur capacité, avoue le maire. On a accepté de modifier notre gîte car il apporte à la commune des ressources financières non négligeables, donc si le gîte plonge, nos recette plongent avec»

Les voyageurs recherchent authenticité et âme de l’hébergement

La toute jeune société Idécologis a proposé son aide à plusieurs communes pour une seule réponse positive.

«Il faut une volonté communale, ce n’est pas évident de se remettre en question et d’accepter la critique» précise Marie-Christine Duflot, codirigeante d’Idécologis.

Avec 600 euros de budget, les deux associés ont renouvelé la décoration de ce gîte communal pas très chaleureux et un peu austère lui permettant de se transformer en espace accueillant et cosy.

Durant plus d’un mois, elles ont chiné des objets pour rendre un aspect plus convivial et familial avec une vue dégagée sur la montagne au gîte communal de Bompas.

«On veut montrer que si cet effort de décoration n’est pas fait, les gens ne viendront pas. Il y a énormément de concurrence et les visiteurs préparent leur voyage sur internet bien avant d’arriver sur site» souligne Marie-Christine Duflot.

«Bompas s’est prêté au jeu du cobaye pour cette transformation. La clientèle actuelle a changé. Elle est adepte de la mobilité, peu fidèle et recherche l’authenticité et une âme à son hébergement» développe Françoise Lauzin.

La valorisation et l’embellissement des gîtes ruraux sont intégrés au schéma de développement touristique global mis en place par l’agence de développement touristique.

Un schéma qui permettra un accompagnement, un soutien et une assistance aux hébergeurs du département de l’Ariège.

Anne-Sophie Fontanet | 27/11/2012 - 17:55 | Lu: 23339 fois