accueil  |  ariège   |  france

Frigide Barjot: après "la manif pour tous" lancement de "l'Avenir pour tous"

© AFP/Archives - Thomas Samson

Feu "la Manif pour tous", vive "l'Avenir pour tous" : Frigide Barjot a lancé mercredi devant la mairie du XVème à Paris "une nouvelle phase" du mouvement de protestation contre le mariage pour tous qui a jeté des centaines de milliers de personnes dans la rue ces derniers mois.

Veste en laine bouclée blanche et jean crème, Frigide Bardot a symboliquement tenu sa conférence de presse devant la mairie où elle s'est mariée en 1994, le jour où doit être célébré le premier mariage homosexuel à Montpellier.

"Je souhaite aux deux mariés, a-t-elle dit, tous mes voeux d'engagement, de bonheur et de fidélité", en demandant une nouvelle fois de ne pas manifester contre ce mariage.

Frigide Barjot, qui ne s'était pas rendue à la manifestation de dimanche à Paris, a annoncé la création de "l'Avenir pour tous" et publié un "manifeste pour les principes de notre civilisation équitable et durable".

Elle a demandé aux candidats aux élections, notamment municipales en 2014, de "s'engager dans leur programme électoral à abroger la loi Taubira pour rétablir la norme supérieure de l'engendrement humain biologique". La "charte" va être envoyée aux candidats aux primaires de l'UMP pour les élections municipales de Paris, a-t-elle précisé.

Pour autant, la chef des file des opposants au mariage homosexuel veut "conserver aux couples des personnes de même sexe leurs droits d'union hors filiation acquis par la loi Taubira".

Dans un premier temps, Frigide Barjot entend "soumettre par référendum au peuple français l'inscription du mariage et de la filiation comme la norme constitutionnelle" avant de remplacer dans un second temps la loi Taubira "devenue inconstitutionnelle par une loi d'union civile sans adoption plénière".

En attendant, Frigide Barjot, qui dit ne plus avoir de lien avec la "Manif pour tous", a lancé un appel aux dons à destination de "l'Avenir pour tous". "Nous repartons de zéro après ces neuf mois où des millions de personnes se sont mobilisées", a-t-elle déclaré. Interrogée sur les menaces de mort dont elle dit avoir été la cible et qui lui ont valu une protection rapprochée de policiers, Frigide Barjot a répondu que "les menaces s'étaient calmées ces derniers jours". Elle a ajouté qu'elle bénéficiait toujours de cette protection.

AFP | 29/05/2013 - 12:28