accueil  |  ariège   |  france

Pamiers d'hier et d'aujourd'hui: le Monastère des Augustins

Les Augustins s'installèrent à Pamiers au faubourg de Loumet à la fin du treizième siècle, hors des premières murailles de la ville, qui s'arrêtaient alors au canal de la Caussade.

Leur église ornée de fresques possédait huit chapelles dont quelques unes pouvaient encore se voir au début du 20 siècle dans les dépendances de la maison Dédebant et cinq magnifiques clochers.

Au milieu du choeur s'élevait le tombeau en marbre de l'illustre Raymond d'Accoue, ancien membre de la communauté, huitième titulaire de l'Evêché de Pamiers.

Le cloître était entouré de colonnettes en marbre blanc.

On apercevait encore au début du vingtième siècle quelques un des chapiteaux très simples ainsi que des chapiteaux plus ornés mais en pierre, la plupart du quatorzième siècle.

Il ne reste plus rien aujourd'hui...

La petit histoire raconte que sous l'église conventuelle disparue des Augustins existait un souterrain -il en existait sous toutes les églises paroissiales de la ville- dans lequel aurait été cachée sous la Terreur, une statue de la Vierge en or massif.

Le couvent des augustins contint jusqu'à quatre-vingt-dix religieux. Le Chapitre général de l'Ordre s'y tint souvent et une dernière fois en 1461.

Un siècle après, il fut détruit par les Réformés et plusieurs moines furent massacrés. Le père Jean Sarrat reconstruisit l'église et le couvent en 1654.

Les premières élections municipales qui eurent lieu le 3 février 1790 se déroulèrent à l'église des Augustins et à celle des Carmes.

Aujourd'hui, de cette magnifique bâtisse ne reste plus rien, si, un clocher entre deux maisons qui héberge les non moins célèbres pigeons appaméens...

PR | 25/01/2012 - 20:04 | Lu: 22328 fois