accueil  |  ariège   |  france

Haute-Ariège: comptages aux chiens des galliformes de montagne

© midinews 2012 - FDC 09

Malgré un vent glacial et la neige qui s’était invitée au col de Pailhères samedi matin, ils étaient une vingtaine de chasseurs accompagnés de leurs chiens d’arrêt à battre la lande d’Ascou au Donezan et du Picou au Tarbesou à travers les pins à crochets, les bruyères ou les genêts purgatifs, pour débusquer dans les tartiers ou les combes à myrtilles les compagnies de perdrix grises ou de lagopèdes alpins.

«En cette période de l’année, il est important de mesurer l’abondance des oiseaux avant la saison de chasse pour avoir un maximum d’information sur la qualité de la reproduction.

En fonction de tous ces paramètres, on va pouvoir moduler les prélèvements à effectuer sur ce petit gibier de montagne
» précise Evelyn Marty, technicien à la fédération des chasseurs de l’Ariège, dont l’objectif est de couvrir un maximum de territoire avant l’ouverture de la chasse.

Ce comptage est réalisé dans le cadre de l’observatoire des galliformes de montagne (OGM*) chargé de coordonner et de synthétiser l’ensemble des données recueillies sur le petit gibier de montagne.

Les chasseurs venus souvent de loin (du Couserans et du piémont) participent spontanément au suivi des populations, preuve de l’intérêt qu’ils portent à ces espèces à très haute valeur patrimoniale.

La perdrix grise de montagne, un oiseau de 350gr très recherché par les chasseurs, a une espérance de vie limitée dans le temps (3-4 ans) mais pour compenser elle pond beaucoup. La race n’est donc pas en danger.

«En cette période de l’année, les comptages au chien permettent de lever des compagnies entières sur des milliers d’hectares, poursuit le technicien.

Depuis les années 90, les chasseurs peuvent décider de la fermeture de la chasse si la saison de reproduction est mauvaise ou appliquer des mesures de chasse plus courte ou des quotas plus faibles, ce sont les chasseurs qui sont gestionnaires des populations de perdrix grises de montagne
»

Quant au lagopède de montagne (galliforme de 500 gr), depuis une dizaine d’années un important travail d’estimation des effectif est réalisé sur toute la chaîne pyrénéenne en relation avec la principauté d’Andorre (bien que là-bas les lagopèdes ne soient pas chassés): «nous mettons en commun les expériences et les moyens humains, explique Evelyn Marty qui en avril dirige les opérations de comptage au chant.

Sur 40 000 ha nous avons dénombré entre 1000 et 1500 mâles chanteurs, soit une densité comprise entre 5 à 10 mâles au km². On peut parler de zone de stock d’adultes.

Au mois d’août, les comptages sont réalisés aux chiens d’arrêt, ils concernent les femelles et les jeunes de l’année.

L’ensemble de ces données servent de référence aux pouvoirs publics dans la prise de décision relative à la gestion cynégétique
»

A ses côtés, Gaël Aleix-Mata, technicien faune sauvage d’Andorre, participe à ce week-end de comptage: «en Andorre, l’espèce est protégée comme celle du grand tétras… nous avons un biotope identique et la même densité de populations»

C’est un oiseau sédentaire qui reste jusqu’à 3000 m d’altitude, très difficile à chasser car il faut avoir le pied montagnard et arriver à distinguer l’animal qui effectue trois mues par an pour se confondre au paysage.

La période de chasse ne dure que 10 jours (dans la réalité 5 à 6 jours pour cause de mauvais temps) et les prélèvements sont très faibles, il faut compter de 10 à 30 individus sur toutes les Pyrénées ariégeoises.

Cette opération coordonnée par la FDC09 a permis de mettre au jour le partenariat entre les techniciens ariégeois et andorrans pour le suivi des populations de galliformes de montagne présentes de part et d’autre les Pyrénées.

*Les fédérations départementales de chasseurs, l’ONCFS, l’ONF, les parcs nationaux et les parcs naturels régionaux membres de l’observatoire assurent la collecte des informations sur l’intégralité des massifs.
Le travail de l’OGM se traduit concrètement par les différents comptages de printemps et d’été, dépouillement des carnets de prélèvements obligatoires pour la chasse aux galliformes de montagne et mise en place d’aménagement de terrain.


Crédit photos lagopèdes: Pierre Mourières
Crédit photos perdrix grises: FDC 09

Laurence Cabrol | 03/09/2012 - 19:22 | Lu: 35873 fois