accueil  |  ariège   |  france

Entre valorisation du bâti ancien et développement durable, les gîtes durables commencent à émerger en Ariège

© midinews 2013

Par une petite départementale qui serpente au-dessus de Castelnau-Durban dans le Couserans, on atteint le petit village de Montseron.

Anne et Albert Gomes, Ariégeois vivant à Toulouse, y conservent un héritage familial. Le grand-oncle d’Anne y possédait une grange-étable qui appartient au couple dorénavant. D’une grange prête à s’écrouler émerge aujourd’hui un hébergement touristique de grande qualité.

Séduits par la politique «hébergements touristiques de caractère» de la région Midi-Pyrénées, ils bénéficient d’un accompagnement du CAUE de l’Ariège (conseil d'architecture, d'urbanisme et de l'environnement) et sont épaulés dans leur démarche par Henri Anel, architecte.

De cette façon, ils s’inscrivent aussi pleinement dans l’axe développé par le nouveau schéma touristique départemental du Conseil général de l’Ariège, celui qui tend vers un tourisme durable. En clair, un tourisme qui favorise l’émergence de projets économiquement, environnementalement et socialement responsables.

«Ici, l’idée a été de valoriser au maximum le bâti ancien et de rester au plus proche de son identité» résume Laurelyne Meunier, architecte du CAUE qui accompagne les propriétaires dans le projet. Un projet qui fait figure d’exemple tant sur le plan patrimonial que sur celui du développement durable.

«On a voulu privilégier le confort et le bien-être des personnes»
Prévu pour accueillir au maximum quatre personnes, le gîte dispose d’un espace de 100 m² avec deux chambres disposant chacune de leur salle d’eau, une pièce loisirs avec sauna et bibliothèque ainsi qu’une grande pièce à vivre baignée de soleil grâce à la présence de larges baies vitrées.

«On a voulu privilégier le confort et le bien-être des personnes avec une notion de qualité des mises en œuvre et matériaux» précise Albert Gomes. Les propriétaires ont employé des procédés écologiques et sains en faisant appel à des entreprises locales.

Comme pour le bardage en bois de peuplier réalisé par une scierie de La Bastide de Sérou ou pour les menuiseries en châtaignier réalisées par la menuiserie Gouzy de la même commune. Ossature en bois et chaux-chanvre complètent le panel de méthodes utilisées pour le gîte.

L’approche durable a abouti à la conservation d’une bonne orientation avec des pièces de vie à l’est et une loggia au sud pour profiter du soleil.

L’optimisation est aussi celle de la consommation d’énergie avec une VMC hygroréglable, une cheminée à double foyer mais aussi la récupération des eaux de pluie pour l’arrosage du jardin, le lave-linge et les chasses d’eau sans oublier l’installation du tri sélectif.

«L’identité d’un bâti est aussi liée à un territoire, c’est ce que nous avons souhaité mettre en avant» appuie Anne Gomes.

Représentatif de l’architecture du Plantaurel, le bâtiment s’intègre pleinement dans ce village en pleine mutation, un objet de satisfaction pour les propriétaires.

Au cœur du village, l’adhésion à la marque du Parc naturel régional des Pyrénées Ariégeoises a été sollicitée. De même que la labellisation tourisme et handicap puisque les personnes en situation de handicap visuel, auditif et mental peuvent se rendre dans ce gîte.

Les travaux devraient s’achever d’ici la fin mai-début juin pour une ouverture prévue dès juillet-août.

Deux autres projets suivent leurs cours dans le département à Rouze dans le Quérigut et Contrazy dans le Volvestre.

Anne-Sophie Fontanet | 17/05/2013 - 18:27 | Lu: 43715 fois