accueil  |  ariège   |  france

Elections municipales 2014 à La Tour du Crieu: Jean-Claude Combres brigue un second mandat en toute sérénité

Aux portes de la cité appaméenne, La Tour du Crieu n’en finit plus de croître.

De part et d’autre, l’habitat gagne sur la campagne et confère à la commune gérée par Jean-Claude Combres l’image d’un dynamisme envié.

Engagée dans cette logique de développement, La Tour n’appartient plus, désormais, au contingent des petits villages ariégeois. A l’échelle du département, elle est même entrée dans le top 10 en terme de population.

«D’après l’Insee, la population municipale s’élève à 2 776 mais cette donnée prend en compte le recensement au 1er janvier 2011. Aujourd’hui, nous sommes près de 3 000 habitants. C’est simple, sur les cinq dernières années, La Tour a gagné 1 000 habitants!» se félicite Jean-Claude Combres.

Face à cette croissance démographique, l’enjeu réside clairement dans l’adaptation des structures communales aux besoins exprimés par une nouvelle population.

«On a remporté ce pari, affirme le maire sortant. Nous sommes passés d’une cité dortoir à une cité de vie. La vraie priorité aujourd’hui, c’est la jeunesse. Il nous faut continuer à adapter nos structures, notamment la partie cantine ou encore les locaux dédiés aux activités péri-scolaires»Une liste renforcée pour un conseil municipal qui grandit de 19 à 23 élusC’est non sans une certaine sérénité que Jean-Claude Combres a donc annoncé il y a quelques jours son souhait de briguer un second mandat.

«Nous pouvons raisonnablement être sereins, dit-il. Au cours de ces six années, nous avons investi 3,5 millions d’euros, dans le même temps, nous avons diminué la dette par habitant de 50%. C’est un bilan financier assez extraordinaire qui démontre que notre gestion est saine»

A la tête d’une liste renouvelée et renforcée («nous avons dû intégrer l’obligation de passer de 19 à 23 conseillers municipaux, ainsi que la parité»), qu’il affiche «sans étiquette politique», Jean-Claude Combres sait néanmoins qu’une élection n’est jamais jouée à l’avance.

Il n’a donc pas manqué l’annonce du frontiste Gérard Prieto désireux d’aligner une liste alternative aux couleurs du parti Bleu Marine (lire notre article du 23/01/2014).

«Je n’ai pas de véritable inquiétude sur une défaite aux élections face à cette liste, avoue-t-il pourtant. Le plus inquiétant à mon sens c’est surtout de voir arriver le Front National dans nos communes» La rançon d’une urbanisation (trop?) rapide peut-être?

«L’enjeu réel, c’est le bien vivre pour tous. La voirie, la sécurité (thèmes avancés par Gérard Prieto, NDLR), ne sont pas des problèmes ici. Nous faisons en sorte que chacun vive bien. Je le répète, c’est bien cela notre priorité»

Voir le trombinoscope

CP | 31/01/2014 - 18:34 | Lu: 21454 fois