accueil  |  ariège   |  france

Le «Castillonnais» : Un cheval petit par la taille, mais grand par ses capacités!

 Le 16ème  Concours du Cheval Castillonnais qui s'est déroulé le samedi 25 août 2007 à Castillon en Couserans nous donne l'occasion de découvrir, si besoin est, ce petit cheval pyrénéen remarquable en bien des points.

Issu de hordes sauvages très anciennes, ce proche cousin du «Merens», dont on trouve de nombreuses représentations dans les grottes ariégeoises, serait venu, selon la légende, de le Grèce antique, tout comme d'ailleurs le costume traditionnel des Bethmalais, installés dans la même vallée.

On trouve les premiers écrits professionnels le concernant en 1908, sous la plume d'un éminent hippologue ariégeois, Gabriel Lamarque, qui décrit d'une manière flatteuse celui que l'on nomme indifféremment «Cheval du Biros», «Saint-Gironnais» du nom de la ville voisine, ou encore «Cheval de Castillon», nom qu'il conservera.

Il est pourtant connu depuis longtemps puisque les chroniqueurs de l'époque rapportent que François 1er lui-même chevauchait un «Castillonnais» lors de la bataille de Pavie, en 1524.

Il sera pendant quelques siècles utilisé indifféremment comme cheval militaire, de diligence ou encore cheval «paysan» L'évolution de l'armée, des moyens de transport et de l'agriculture font qu'il manque de disparaître au cours du siècle dernier avant qu'un groupe d'éleveurs ne décide de sauver la race.

Nous sommes en 1980.
Il faudra dès lors plus de 15 ans pour qu'en 1996 le Ministère de l'Agriculture reconnaisse officiellement, en tant que cheval de sang, la race du «Cheval de Castillon»

Depuis, il connaît un succès grandissant et l'on peut répertorier aujourd'hui plus de 250 représentants.

L'année 2007 est particulièrement remarquable avec un record de 37 naissances. Présent au salon de l'Agriculture depuis plusieurs années, il fréquente aussi les festivals tel «l'Equestria» à Tarbes ou la route des Ardoises…

Cheval de montagne par excellence, rustique par définition, le Castillonnais sait aussi s'adapter à l'équitation de loisir et au dressage. C'est ainsi que le Champion suprême 2005, Oli de Carbouneros, a été qualifié pour la finale de Dressage Jeunes Chevaux de 4 ans à Saumur.

De manière plus anecdotique, c'est un Castillonnais qui officie dans la station de ski toute proche de Guzet Neige où il pratique le «ski-joerïng»
Nous avons pu admirer ses performances à l'occasion de cette belle après-midi grâce à Laurent Gallinier, de la troupe «Andjaï» qui nous a gratifié d'un spectacle équestre de «voltige cosaque» tout à fait étonnant.

A l'opposé, Daniel Le Coutour, agriculteur de montagne, qui ne travaille qu'à la traction animale, a fait une démonstration de débardage prouvant que le Castillonnais, par sa résistance à l'effort et son caractère facile, peut rivaliser avec les meilleurs mulets.

D'ailleurs Daniel effectue régulièrement des opérations de portage de vivres et de matériels dans les cabanes de berger seulement accessibles par hélicoptère!

Contact: Association Pyrénéenne Ariégeoise du Cheval de Castillon
Site: www.chevaldecastillon.com

Photos: ©AriegeNews 2007
B.Pastourel | 29/08/2007 - 13:48 | Lu: 39802 fois