accueil  |  ariège   |  france

Château de Léran: une histoire de famille vieille de huit siècles!

 L’histoire du village Léran  est étroitement liée à celle de son château.

Bien que l’existence d’une forteresse soit attestée dès 1163, c’est à partir de 1212 que son histoire débute véritablement quand il échoit, ainsi que toute la seigneurie de Mirepoix, à l’un des principaux chefs de l’armée des croisées: Guy de Lévis.

Ce baron du nord a combattu aux côtés de Simon de Montfort pendant la croisade contre les Albigeois, il prend possession du château en 1226 et le roi de France Louis IX lui en fait donation officielle en 1229.

En 1329, le château et ses terres vont par héritage à Gaston de Lévis qui prend le titre de Lévis-Léran, tandis que son frère Jean demeure Lévis-Mirepoix. Pendant les guerres de religion, Jean-Claude de Lévis-Léran se tourne vers la religion réformée si bien que le château subit, en 1568 et 1622, deux sièges importants qui le ruinent partiellement.

En 1793 il est vendu comme bien national. En 1805 la famille des Lévis-Mirepoix en reprend possession jusqu’en 1983 car à la mort de l’Académicien Pierre-Marie Duc de Lévis Mirepoix, il  sera vendu par ses héritiers.

 L’architecture du château de Léran est à l’image de sa longue histoire: éléments du XIIIe, du XVe et restauration au XIXe siècle.

De la forteresse défensive du Moyen-Age il ne reste que quelques vestiges: douves, remparts primitifs enfouis sous les buis, emplacement du pont-levis au départ de l’actuelle grande allée du parc (dans lequel on peut encore apercevoir un séquoia vieux de 180 ans et dont le tronc mesure plus de sept mètres d’envergure), appareillage de l’ancienne muraille surmontant le rocher qui sert de fondation à l’aile ouest …

Aujourd’hui les créneaux du donjon, les pignons de ses toitures, ses tourelles en poivrières, ses mâchicoulis et ses échauguettes, évoquent certes l’architecture médiévale mais c’est en réalité une reconstitution «à l’ancienne» réalisée entre 1875 et 1883 par Clément Parent, un disciple d’Eugène Viollet-Le-Duc.

Il existe cependant une représentation graphique, datée probablement du XVIIIe siècle (en tous les cas avant les grands travaux de restructuration du XIXe), qui nous présente une construction militaire rectangulaire et massive dotée d’une bretèche et de petites fenêtres.

Le grand escalier Louis XIII  aux paliers en arcs ajourés est inscrit aux Monuments Historiques ainsi que la cheminée de la salle d’Honneur provenant de l’ancien évêché de Mirepoix, ornée de chapiteaux  de pierres sculptées en feuilles d’acanthe ou la bibliothèque avec ses boiseries.

Le château appartient actuellement à une co-propriété, il ne se visite pas mais les archives de cette prestigieuse famille sont conservées aux Archives Départementales de l’Ariège, soit 728 cartons et 95 mètres linéaires de documents exceptionnels pour l’histoire de la région.

Photos: ©AriegeNews 2006

Laurence Cabrol | 15/05/2006 - 11:31 | Lu: 101285 fois