accueil  |  ariège   |  france

Tribunal correctionnel: quand un dramatique accident de la circulation se transforme en homicide involontaire

© midinews 2012

C'est une bien triste affaire «d'homicide involontaire par conducteur de véhicule terrestre à moteur» qu'avaient à mardi les citoyens assesseurs.

Un «banal» et dramatique accident de la circulation ayant conduit à la mort d'un jeune Lavelanétien de 26 ans.

Les faits ont eu lieu le 7 avril 2012 aux alentours de 13h15, à proximité du stade Paul Bergère de Lavelanet.

Le prévenu J.M rentrait chez lui après une journée de travail (il est pâtissier et travaille tôt), lorsqu'il décidait d'appeler son fils et de se garer sur un parking.

D'après divers témoins, dont le passager de la moto, il semblerait qu'il ait oublié de mettre son clignotant, alors qu'il s'était largement déporté sur l'axe médian de la route.

Le pilote de la moto, qui tentait de doubler la voiture, entra en contact avec le véhicule et perdit le contrôle de sa motocyclette.

Sous la violence du choc, le jeune pilote a été éjecté, il a perdu son casque et a heurté un lampadaire. Christophe décédait de ses blessures peu après l'accident.

Son passager, légèrement blessé, dira lors d'auditions ultérieures qu'ils devaient rouler à 60-70 km et qu'il n'est toujours pas en mesure de dire si son ami avait attaché son casque.

A la barre du tribunal correctionnel de Foix, la voix brisée par l'émotion, J.M, 46 ans, confie: «perdre un enfant, je ne peux imaginer»

Affecté, «meurtri dans sa chair» selon son avocat, le conducteur de la voiture avoue: «j'ai pourtant regardé dans le rétro et au moment de tourner j'ai entendu crier le passager d'une moto... c'est arrivé tellement vite, je n'ai pas pu éviter le choc, je n'ai rien pu faire»

L'homme ne se souvient plus s'il avait mis ou non son clignotant; toutefois, les divers témoins affirment que non.

Le papa de Christophe s'avance à la barre. Le jeune homme était son fils unique. Il est là pour «tenter de comprendre» et ne se résout pas au deuil.

Son avocat Me Baby souligne «la dimension humaine forte de cette affaire où malgré l'émotion, l'incompréhension de la perte d'un enfant nous devons nous atteler à la quête de la vérité»

Me Baby pose la question: «a-t-il enfreint la loi? A l'évidence oui, car l'absence de clignotant en voiture tue... les motards tombent, les motards meurent !»

Au Ministère public, Marilyn Blanc parle de justice et «d'un drame terrible avec une faute qui ne fait pas débat et qui aura des conséquences démesurées.

Conduire n'est pas un acte banal; Mr n'est pas un délinquant de la route, néanmoins, il a causé la mort d'un jeune homme par négligence
»

Le procureur a requis, au terme d'un réquisitoire tout en nuances, 6 mois avec sursis, suspension du permis de conduire pendant 6 mois et une amende de 300 € pour l'infraction de «changement de direction d'un véhicule effectué sans avertissement préalable»

Assis près de ses juges, J.M peine à contenir sa détresse. Son conseil, Me Lesprit s'adresse aux citoyens assesseurs: «vous avez une charge énorme. Justice doit être rendue pour que les victimes puissent entamer leur deuil. Cet accident a bouleversé la vie de mon client; il faut prendre en considération sa faute, mais aussi sa personnalité»

Après environ une demi-heure de délibérés, juges professionnels et citoyens assesseurs ont reconnu J.M coupable des faits reprochés et l'ont condamné à 4 mois assortis du sursis, 3 mois de suspension de permis et 150 € d'amende.

NR | 12/09/2012 - 18:53 | Lu: 31810 fois

dans la même rubrique