accueil  |  ariège   |  france

Curage du barrage de Campauleil: les impacts environnementaux finement anticipés

© midinews 2013

Dans la vallée de l’Oriège, tout près d’Orgeix, d’importants travaux portant sur la rénovation du barrage de Campauleil ont débuté.

Ils devraient durer deux ans, la première phase est en cours d’achèvement après près de 4 semaines de travail.

Il s’agit du curage mécanique de la retenue fortement envasée pour préparer la vidange. Quatre personnes de la société Bibaut prestataire pour EDF travaillent avec des pelles mécaniques pour creuser un chenal qui remontera jusqu’à 200 mètres en amont du barrage.

Equipée d’un bras de 15 mètres, la pelle mécanique est installée sur une barge. Cela représente un travail de minutie et de longue haleine puisque près de 4000 m3 de sédiments sont à retirer et à stocker sur les terrains avoisinants. La totalité de ces sédiments servira à la remise en état du site après chantier.

«L’objectif de ce chantier est de vider les 3500 à 4000 m3 de sédiments déposés dans le tracé originel de la rivière Oriège. Il faut savoir que si on ne les enlevait pas, ils pourraient polluer la rivière à l’aval. La finalité étant d’organiser une vidange propre de la retenue» justifie Patrick Jacquet, ingénieur EDF.

Un évacuateur de crue va ensuite être installé en rive gauche du barrage en remplacement de la vanne de surface actuelle, ce qui supprime tout élément mécanique et améliore la sûreté hydraulique.

C’est donc une opération minutieuse d’anticipation qui a été conçue compte tenu des implications tant pour l’exploitation que pour les autres usages de l’eau et l’environnement. Après un an d’instruction, le dossier d’exécution a été validé par un arrêté préfectoral autorisant les travaux.

Ne pas générer d’incidences négatives sur la faune et la flore
L’autre volet de ce chantier est l’adéquation de celui-ci avec la nature. «Sur chaque chantier, nous vérifions que ceux-ci ne vont pas être sources de dérangement pour les espèces qui vivent dans ces milieux. On va alors faire extrêmement attention aux plans d’héliportage, au bruit généré par le chantier pour éviter toute gêne» précise Franck Belotti, directeur EDF hydraulique en Ariège.

Sur le barrage de Campauleil, vivent notamment des desmans des Pyrénées, sortes de rat palmé, qui vivent à l’amont et l’aval de barrages. «Cet animal est le gage de la bonne vitalité de cette rivière Oriège. C’est pour cela que nous procédons avant et après le chantier à un inventaire de la flore et de la faune présente.

On a aussi vérifié les matières en suspension à l’aval du barrage pour éviter que la vie aquatique ne soit perturbée, pour que les poissons ne soient pas étouffés
» ajoute Franck Belotti.

Durant la période de curage et d’abaissement du plan d’eau, des mesures de la qualité des eaux seront effectuées afin de ne pas générer d’incidences négatives sur la faune et la flore de l’Oriège.

En ce qui concerne les travaux, une fois la vidange réalisée, une plateforme sera montée puis viendra ensuite la phase de démolition du barrage avec la dépose de la vanne automatique de surface.


La barrage de Campauleil fut mis en service en 1941

Barrage poids béton de 15,8 mètres de hauteur, la barrage de Campauleil a été mis en eau en 1941 et a une capacité totale de 100 000 m3.

Il alimente la centrale du Teich qui a une production annuelle moyenne correspondant à la consommation des villes de Foix et Tarascon sur Ariège sans émission de gaz à effet de serre.
Anne-Sophie Fontanet | 03/04/2013 - 19:21 | Lu: 31068 fois